Etat des stocks : ça baisse !

Cabran blanc

Première victime de la vague de chaleur, notre Cabran blanc 2016 est épuisé et n’est plus disponible à la vente. Rassurez-vous, on peut encore commander la Cuvée des Restanques 2016 (mais pour combien de temps ?!) Et attention, les stocks de notre nouveau rosé, la Cuvée Baraille, médaillée d’or à Paris ainsi qu’à Mâcon et distinguée par Elle à Table, diminuent à vue d’oeil. Pensez à réserver pour cet été…

Notre dernière née, la cuvée de Baraille a été médaillée d’Or au concours des Grands vins de France à Mâcon et au concours des Vignerons indépendants 2017 !

 

CAVE ET VINIFICATION

 

Château de Cabran
C’est sans doute par pudeur, mais lorsque je parle de ma façon de faire le vin, c’est par le coté technique que j’aborde la chose. Et je parle du soin apporté au foulage de la vendange ;
Et j’évoque encore la macération pelliculaire, la fermentation malo-lactique et le bâtonnage des barriques…
Mais c’est moi qui mérite des coups de bâton !
Parce qu’en vérité, le mois de septembre venu, je parcours les vignes de Cabran comme mes aïeux avant moi, à la recherche des signes qui me diront qu’il est temps de vendanger.
Je me réjouis lorsque les treilles sont chargées de grappes abondantes, je me désole en constatant les dégâts causés par les sangliers.
Je suis plein d’espoir et j’ai un peu peur.
On refera les gestes de toujours – cueillir des rameaux de chêne et en confectionner un fagot, ouiller les barriques – et on en accomplira de nouveaux – régler la température du groupe de froid qui veille sur la fermentation des rosés.
Loin des chiffres du pH et des courbes de température, c’est avec sa sensibilité et l’idée bien arrêtée du vin qu’il veut produire que le vigneron annonce, à l’heure H : « allez , il est temps, on décuve ! ». Après une journée passée à vendanger, c’est alors une belle nuit de travail qui commence…
R.

Notre rosé Cuvée du Pont Romain 2016 est médaillé d’or au Concours des grands vins de France à Mâcon !

 

Appellation AOC Fréjus

AOC FREJUSSur les rives nord de la Méditerranée, un très vieil ensemble volcanique donne une allure bien particulière aux sols rouges et au climat maritime. Les légionnaires de César ont aimé cette étape vers les Gaules et y ont planté des vignes.
Depuis, au travers de l’histoire, les vignerons ont affiné leur sens du vin et ont compris que le terroir joue un rôle déterminant dans sa qualité. Héritiers de cette longue tradition, nous présentions, en 1979, au Syndicat des Côtes de Provence, un projet pour mieux définir les vins de Fréjus à l’intérieur de la vaste appellation Côtes de Provence. Le décret du 5 octobre 2005 reconnaît officiellement l’appellation contrôlée « Côtes de Provence Fréjus ».
Une appellation qui s’étend sur 8 communes du Var et qui résulte, comme tout terroir viticole, de la convergence des sols, du climat et de l’histoire des hommes.
Les sols, c’est l’Estérel, ensemble volcanique vieux de quelque 250 millions d’années qui a répandu ses laves entre les massifs des Maures et du Tanneron. Dans la vaste palette des cépages provençaux, ceux qui donnent la meilleure expression de ce terroir sont le grenache, le mourvèdre, la syrah et le tibouren.
Le climat, c’est l’influence maritime qui apporte la fraîcheur et l’humidité en été, la douceur en hiver et laisse venir le Mistral purificateur.
Dans ce pays, les hommes ont construit leur histoire dès l’époque Romaine autour de Fréjus. Ce «forum» romain était déjà un lieu de rencontre et un centre administratif et même agronomique (un Fréjusien a écrit le plus ancien traité connu sur la culture de la vigne). Fréjus est aujourd’hui avec Saint-Raphaël, la deuxième agglomération urbaine du Var par sa population.

Pin It on Pinterest